ipanadrega

jeudi, août 10 2017

prima vitae *

 Si un jour, à propos de ce récit on vous demande « de quoi parle ce livre que vous lisez là ? » Vous pourriez répondre : « Au-dedans de celui-là, on ne cite rien des hommes, ni leurs cartes, ni leurs terrains, ni leurs pays, ou si peu ; ne sont laissés que les noms des autres vivants et celui qui inspira le scribe de cet ouvrage, il lui livra pendant un vaste songe, une histoire, la sienne ! Vous y découvrirez une sorte de fable onirique où il lui a réclamé de tout mettre, le bon comme le mauvais, l’indicible et tous ses attraits ; le vrai, le faux, les mensonges et peut-être quelques vérités. »

 

*  Caprice graphique : histoire de désacraliser le titre, mettons-le en minuscule, enlevons-lui sa majuscule, qu’il devienne modeste dorénavant et n’inonde plus le reste du texte (il faudra vous y faire).