critiques, dialogues, suggestions…

Si vous le souhaitez, à propos du livre, vous pouvez ici, dialoguer, laisser une critique, une suggestion, etc.

Pour les autres sujets, merci d’utiliser le formulaire de contact.

Commentaires

1. Le lundi 2 octobre 2017, 23:29 par Monsieur Kestion

Bonjour, j’ai consulté vos écrits et je ne trouve nul part un description de l’auteur ? J’aimerais en savoir plus, avoir une biographie plus explicite par exemple ?
Merci de votre réponse.
K.

2. Le mardi 3 octobre 2017, 09:37 par p. r.

Des détails sur l’accès à l’auteur, son parcours, sa vie, son œuvre, cliquer donc ici !

3. Le mercredi 4 octobre 2017, 16:30 par mirpois

Je m’inscris en fou.
Qu’est ce que c’est que ces histoires ?
Si l’auteur veut disparaître il n’a qu’à pas être là.
Et si l’envie nous prenait de chanter son nom par les rues ?
Et si William Christie, les Arts Florissants et Martin Scorsese décidaient d’adapter le livre en livret,
et de jouer l’opéra à Bayreuth ?
On fait comment ?
L’auteur serait bien obligé de paraître en queue de pie.
Comme disait Ramsès II « Être mort ou vivant c’est la même chose »
D’ailleurs, les emplumés nécrophages ne boulottent que des anonymes.
A moins, bien sûr, que l’auteur ait de ces pudeurs de jeune fille, minaudant et évaluant la pression suffisante
qui l’obligera à révéler son nom, le public est en droit de savoir :
Nous ne vivons déjà que trop à l’heure du fake et des faux mages.
Dans le marécage de l’apophantique et les nébuleuses heuristiques, l’identité de qui parle, qui écrit, devient urgente.
Nous aimerions écarter l’idée que ce livre est le fait d’un quelconque groupuscule bouddhiste de l’apocalypse,
ou d’un club d’enfants nudistes chinois.

4. Le mercredi 4 octobre 2017, 21:03 par p. r.

bis repetita

5. Le samedi 25 novembre 2017, 18:37 par Isabelle

Ïpanadrega, récit cathartique, au goût de purification, une venue au monde, une renaissance, un besoin de connaissance, une solitude laïque, l’urgence du regard de l’autre pour valider la propre vie de l’auteur ?
Ïpanadrega soumis à la seule dictature de l’esprit de son créateur ?
Ïpanadrega nous parle de la peur existentielle de l’Homme, sa profonde solitude, la peur d’être hors du monde des hommes, la quête d’un Eveil.
Ïpanadrega , le mal ( mâle) et le remède ( re-made)…
Ainsi ce premier tome semble l’amorçage d’une Métamorphose…

Au cours de le lecture, une confusion parfois s’installe, qui d’ Ïpanadrega ?
Qui du narrateur ? Qui de l’auteur ?
Les chemins sont mélangés, chaque personnage paraît tel l’hologramme de l’auteur, selon mon point de vue, cela fait perdre la fluidité de l’histoire… Lorsque l’auteur est scripteur, il retire alors toute autonomie au lecteur…

Quant à l’écriture, ses sonorités, ses envolées Lyriques maîtrisées paraissent venir d’un autre Temps, d’un autre siècle, d’une autre Planète !

Le point sur le I majuscule absent de mon clavier alors en voici deux, toutefois, aucune intention de mettre les points sur les i  !

Salutation pour ce beau travail.

Isabelle

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.