pour rencontrer ou au sujet de l'auteur ?

Pas de plan, que nenni la carte ! C’est très simple…

Ce parcours, mainte fois éprouvez, vous amènera à lui sans détour !

D’abord, le lieu étant enrouté, il est tout à fait possible de véhiculer son corps avec toute machinerie du genre auto et mobile après.

Ensuite, prendre les routes champêtres de notre beau pays, sans se hâter, c’est mieux.

Suivez le chemin des écoliers, laissez-vous porter par le vent, il est assez fort ici. Ce serait malheureux qu’une bourrasque ne passe pas par là.

Ensuite, au premier carrefour, tournez à droite, puis après environ deux cent cinquante-huit mille cinq cent soixante-huit étrolons (unité locale) à peu près, stoppez ! Faire une pose si le temps le permet.

Vous êtes déjà à mi-chemin, ouvrez grand les yeux : la maison se voit au loin, roulez la mécanique à souhait, la route penche vers une pente, l’auto aime ça.

Quelques virages vous font tourner le volant, soyez prudent ! Le véhicule n’est pas si lent, la pente aidante.

Enfin, vous allez apercevoir deux, trois maisons, bien que cela soit tout à fait normal, ce n’est pas encore là, avancez encore, vous avez le temps.

Après un mur vague, légèrement démoli par les ans, légèrement écroulé par-devant, vous allez voir ce que vous allez voir : un panneau.

Y est écrit : « c’est là-bas ! » Vous le voyez bien, on a pris le soin de vous le dire, suivez donc ce « là-bas ! »

Arrivé au bord d’un chemin de travers, tournez trois fois la langue dans votre bouche, vous y êtes presque !

Il ne reste qu’à prendre un peu d’élan, un précipice profond de trois à quatre centaines de milliers de « sacrés millimètres » (unité sainte), vous sépare de la réalité.

L’élan ne doit pas se pencher au fond de la tranchée, mais la survoler, comme le réaliserait le bon athlète un peu chevronné.

Il ne reste que quelques pas ; n’entrez pas directement avec l’auto, mais sortez en avant, cela plaira mieux.

Puis enfin arrivé devant une entrée, vous trouverez une porte au-dedans ; vous pouvez sonner en appuyant sur le bouton situé juste à côté de votre main, la bonne bien sûr ; ne vous trompez pas !

Si le gong fait « Gong », il est là et vous pourrez entrer. Si le gong fait « mmm », il n’y est pas, il faudra revenir, par monts et par veaux…
(humour… ne soyez pas vexé)

Vous voyez bien, c’est très simple.

« Oui, d’accord, mais de l’auteur, quand est-il ? » nous diriez-vous !

« Mais c’est tout aussi simple, il suffit d’aller lire le lien qui vient ci-après » dirions-nous !

l’auteur