notes et références

Pour des raisons de commodités évidentes et pour préserver l’intégrité de l’ouvrage papier, ont été déplacées ici toutes les annotations, les informations bibliographiques, etc.

jeudi 31 août 2017

1. sur le i de « İl »

(page 15 - tome 1)

Sur le i de « İl » : Le İ (minuscule : i), appelé I point suscrit, est un graphème utilisé dans les alphabets de l’azéri, du kazakh, du tatar, du turc, du zazaki comme lettre à part entière. Elle porte un point autant en capitale qu’en bas-de-casse, par exemple la ville d’İstanbul utilise ce graphème en turc…

İ i İ i

Lire la suite...

3. gobi

(page 22 - tome 1)

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8f/Khongoryn_Els_sand_dunes.jpg/220px-Khongoryn_Els_sand_dunes.jpg https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/32/GobiFlood.JPG/220px-GobiFlood.JPG https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/Gobi_Desert.jpg/220px-Gobi_Desert.jpg

Le mot « gobi », ou « goby » en cyrillique veut dire désert (cyrillique : Говь, trans. : goby, littéralement, désert, traduit phonétiquement en chinois : pinyin : gēbì shāmò ; littéralement : « désert [de] gēbì » ou plus brièvement 戈壁, gēbì). Au sens propre, le mot « gobi » (prononcé gov) désigne en mongol un territoire semi-aride (le désert est appelé tsöl). Le Gobi mongol n’est pas le désert comme on pourrait l’imaginer, il est davantage recouvert de pierres que de sable, et les paysages sont assez variés avec quelques chaînes de montagnes, des canyons et des falaises pour dessiner l’horizon.

Lire la suite...

4. illuné

(page 22 - tome 1)

Illuné : Être éclairé par la lune.

« Il pensait là, tranquille et livrant ses narines.
Quand, lavé des odeurs du jour, le jardinet
Derrière la maison, en hiver, s’illunait, […] »

(Rimbaud, Poésie, 1871, « Les poètes de sept ans », p. 95).

Lire la suite...

5. debentia dici

(page 28 - tome 1)

« Debentia dici (ou Quod erat dixit ?), ce qu’il faut dire, dire les choses telles qu’elles doivent être dites »

En faisant le pédant, le « İl » du récit ressort quelques mots du précepte d’Horace (Quintus Horatius Flaccus, Epistula III [connue sous le nom d’Art poétique].)

Lire la suite...

6. « une fuite sauvage »

(page 31 – tome 1)

D’après le manuscrit original du poème « Une fuite sauvage » (écrit en 1976, non publié).

À propos de ce texte « primitif » d’adolescent qui déclencha une perception « révélatrice » tardive, après diverses tentatives plus ou moins avortées d’amélioration du récit originel, ce périple imaginatif est mis en scène dans ce récit :

Lire la suite...

7. origine des ancêtres

(page 44 - tome 1)

Les recherches en paléoanthropologie, ainsi que des études en génétique consistant à comparer l’ADN de différentes populations humaines actuelles aboutissent à l’idée que la population humaine originelle se situait en Afrique. Les plus vieux ossements attribués à Homo sapiens ont en effet été découverts en Afrique.

Lire la suite...

couleur de peau

(page 47 - tome 1)

(Effectivement, ce détail attachant : sa peau a perdu la couleur noire de ses origines ; plus précisément, nous dirions plutôt « ses lointains ancêtres » des pays très chauds, ayant immigré dans les régions du nord où le soleil brille moins, à la rencontre de leurs cousins néanderthaliens avec qui ils établirent des liens et aussi parce qu’il était primordial de se couvrir les jours de grands frimas, à force, eh bien oui, « la peau a déteint », et comme la nature nous colore selon qu’il fait beau ou froid, à la mesure de la nécessaire brutalité d’une lumière lorsqu’elle croît ; que l’on peste en ignorant cela, ridiculise ces frileux…)

Lire la suite...

10. « son roman sans cesse médité… »

(page 81 – tome 1)

Origine de l’intention littéraire initiale (le roman écrit par « İl ») :
Récit manuscrit oublié, écrit de 1983 retrouvé par hasard, l’intention évoque déjà un essai du récit actuel, la tentation du voyage des dedans et des dehors transparaît à l’évidence…

Le titre du chapitre est inspiré du poème « Les poètes de sept ans » (Arthur Rimbaud – 1871)

Lire la suite...

12. les Eucaryotes

(page 112 - tome 1)

Sur Terre : 1020 individus Eucaryotes (animaux, plantes…) contre 4-6 1030 d’individus Procaryotes (6 milliards de fois moins) ; les Eucaryotes représentent 1/3 seulement de la biomasse (2/3 pour les Procaryotes).
(D’après : Whitman et al., 1998. Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 95 : 6578-6583 et Mering et al., 2007. Science, 315 : 1126-1130.)

Lire la suite...

cloporte

(page 112 - tome 1)

Souviens-toi quand tu éliminas ce Cloporte (il montre du doigt le coupable), un « Armadillidium vulgare » dans la fleur de l’âge…

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4e/Armadillidium_vulgare_001.jpg/290px-Armadillidium_vulgare_001.jpg

Lire la suite...

le 7e continent de plastique

(page 114 - tome 1)

(…décris dans tous les océans, la présence d’immenses zones imprégnées de détritus, constitués surtout d’une myriade de petits fragments de plastiques, on voit un bateau en remonter une quantité impressionnante ; etc., etc.)

Lire la suite...

13. proportion Bactéries, Archées chez l'homme

(page 115 - tome 1)

Chez un Homme, 90 % des cellules sont des Bactéries et des Archées, appartenant à environ 1 000 espèces : Tube digestif, peau, bouche, parties génitales, etc. (D’après : Qin et al., 2010 et Salthun-Lassale, 2010)

Chez un individu, environ 1 500 000 gènes de Procaryotes, soit 50-65 fois notre génome. Au total, 98.0 à 98.5 % des gènes que nous transportons sont directement bactériens et archéens.

Lire la suite...

15. « nous sommes tous des Africains »

(page 123 - tome 1)

« Nous sommes tous des Africains », Michel Brunet (paléoanthropologue) — Éditions Odile Jacob (2016), Professeur au Collège de France, Michel Brunet est le découvreur de Toumaï en 2001, le plus vieil ancêtre connut de l’humanité, mis au jour dans le désert du Djourab, au Tchad. Grâce aux progrès de la génomique, il est possible de dater précisément les fragments d’os ou de dents collectés depuis plus d’un siècle. Les premiers hommes, appelés « la population ancestrale », vivaient il y a plus de huit millions d’années. Cinq cent mille générations nous séparent donc de nos origines…

Lire la suite...

16. violence & sexualité

(page 129 - tome 1)

À propos de la violence animale en général, vaste débat : notre propre violence est celle du vivant !

Un article paru initialement dans Nature, « Les racines phylogénétiques de la violence mortelle humaine –The phylogenetic roots of human lethal violence ». Article controversé par certains côtés, les observations apparaissant parfois approximatives…

Lire la suite...

17. « le fil de la vie »

(page 130 - tome 1)

Et si certaines entités vivantes n’étaient pas matérielles ? Potentiellement éternelles, en lutte pour la survie, elles évoluent. Elles constituent ce qui unit les êtres à travers le temps. Elles sont le fil de la vie. Ces entités vivantes immatérielles sont des informations…

Lire la suite...

20. phylogenèse

(page 143 - tome 1)

La phylogenèse ou phylogénie (du grec ancien « phylon », signifiant « race, tribu, espèce ») est l’étude des relations de parenté entre êtres vivants : entre individus (niveau généalogique ; seule une généalogie individuelle peut répondre à la question « qui est l’ancêtre de qui ? », tandis qu’une phylogénie de groupe peut répondre à la question « qui est le plus proche parent de qui ? ») ; entre populations (à l’intérieur d’une même espèce qui, pour simplifier, peut se résumer à une population dont les membres sont interféconds : niveau intraspécifique) ; entre espèces (niveau interspécifique). La phylogenèse permet de reconstituer l’évolution des organismes vivants.

Lire la suite...

21. robote ordonnateur

(page 143 – tome 1)

Robote ordonnateur = robot et ordinateur (volontaire dans la narration, pour éviter l’emploi du mot « ordinateur » aux consonances plutôt laides). Et puis cela donne à la machine un air plus jovial et plus conforme à son avenir d’autonomie plus que probable… Aspect extrêmement anticipé dans le tome 2 et 3 du récit que vous lisez là !

Lire la suite...

22. classification

(page 144 - tome 1)

Classification simplifiée phylogénétique de l’Homme : voici donc une partie des nœuds successifs permettant de classer l’Homme, telle qu’elle apparaît dans le livre « Classification phylogénétique du vivant », de Guillaume Lecointre et Hervé Le Guyader (publié en 2001 aux éditions Belin). Certains intermédiaires ont été omis arbitrairement par les auteurs pour montrer un condensé de l’arbre, le nombre de taxons mis en évidence par la méthode étant de très loin supérieur. La description associée à chaque clade est peu rigoureuse et vise uniquement à fixer les idées :

Lire la suite...

23. énumération des êtres vivants d’une forêt

(page 148 - tome 1)

Énumération des êtres vivants d’une forêt : Les noms des êtres vivants de la Flore et de la Faune de la forêt sont en grande partie documentés à partir de la base de données de l’INPN « l’Inventaire National du Patrimoine Naturel » (inpn.mnhn.fr), ajoutée aux propres explorations de l’auteur. La forêt type étudiée est une synthèse de celles situées en France, en région Centre et particulièrement la forêt de Tronçais (Allier).

Lire la suite...

26. les Mouches

(page 182 - tome 1)

L’ordre Diptera, sous ordre Brachycera comprend les mouches communes : la Mouche domestique (Musca domestica) ; Calliphora vomitoria (La Mouche bleue ou Mouche à viande) ; Calliphora vicina (la Mouche bleue) ; Lucilia sericata (La Lucilie soyeuse ou Mouche verte) ; Pollenia rudis (la Mouche des greniers) ; Sarcophaga carnaria (La Mouche grise de la viande, Mouche à damier ou Mouche grise).

Lire la suite...

27. les Moucherons

(page 182 - tome 1)

Les termes de Moucherons ou de mouchettes désignent des espèces de mouche de petite taille, et non des bébés mouches.

L’ordre Diptera, sous ordre Nematocera regroupe essentiellement des Moucherons. Actuellement, environ 1 700 espèces sont décrites, mais on estime que 20 000 espèces sont en attente de découverte, principalement dans les tropiques. Plus de 600 espèces sont connues en occident dont : la Mouche des terreaux (Lycoriella ingenua). Le classement voisin Diptera Chironomoidea regroupe essentiellement des Moucherons comme les Simulies (Simulium), les Phlébotomes (Phlebotomus)…

Lire la suite...

28. les Moustiques

(page 182 - tome 1)

Les Moustiques : À ce jour (Harbach, 2010), 3 523 espèces de moustiques sont décrites au niveau mondial, réparties (Harbach & Kitching, 1998) en deux sous-familles : Anophelinae (478 espèces), Culicinae (3 046 espèces) et 44 genres. Pour être complet, il faut rajouter à cette liste 156 sous-espèces.

Lire la suite...

29. les Éphémères

(page 182 - tome 1)

Les Éphémères : Ils sont apparus au Carbonifère, il y a environ 280 à 350 millions d’années ; ce sont donc les plus anciens insectes ailés encore vivants et certaines de leurs formes larvaires (« naïades ») ressemblent d’ailleurs aux thysanoures qui sont dépourvus d’ailes. Ils font partie du plancton aérien et jouent (ou jouaient) à ce titre un rôle important pour le réseau trophique de certaines zones humides, en particulier pour l’alimentation des poissons et de certaines chauves-souris.

Lire la suite...

30. la taille du génome

(page 185 - tome 1)

La taille du génome peut varier de quelques kilobases chez les virus à plusieurs centaines de milliers de Mb chez certains eucaryotes. La quantité d’ADN, contrairement à ce qui a été longtemps supposé, n’est pas proportionnelle à la complexité apparente d’un organisme. Les urodèles, les dipneustes, certaines fougères ou encore certains conifères comme les pins ont des génomes plus de 10 fois plus grands que le génome humain. Ce constat est fréquemment appelé paradoxe de la valeur C.

Lire la suite...

32. les Archées

(page 188 - tome 1)

Les archées, ou Archaea (du grec ancien ἀρχαῖος, « originel, primitif »), anciennement appelées archéobactéries, sont des microorganismes unicellulaires procaryotes, c’est-à-dire des êtres vivants constitués d’une cellule unique qui ne comprend ni noyau ni organites, à l’instar des bactéries.

Lire la suite...

33. les Bactéries

(page 188 - tome 1)

Le terme bactérie est un nom vernaculaire qui désigne certains organismes vivants microscopiques et procaryotes présents dans tous les milieux. Le plus souvent unicellulaires, elles sont parfois pluricellulaires (généralement filamenteuses) et peuvent également former des colonies dont les cellules restent agglutinées au sein d’un gel muqueux (biofilm).

Lire la suite...

35. « sans cesse, sur le métier remettez votre ouvrage… »

(page 195 - tome 1)

« Sans cesse, sur le métier remettez votre ouvrage, c’est ainsi que l’on progresse… »

Forme simplifiée de :

« Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. »

de Nicolas Boileau, (dit aussi Boileau-Despréaux) (1636-1711) dans « L’Art poétique (1674) » (Chant I).

Lire la suite...

des principes, sur la table, quatre tisanes…

(page 273 - tome 1)

Les liens vers la bibliographie des plantes :

Sur la table, quatre tisanes ; une tisane pour le sommeil, un somnifère pour un bon dormir : Mélisse (Melissa officinalis) ; une tisane pour l’allaitement, galactagogue, aide aussi le cœur : Fenugrec (Trigonella foenum-graecum) ; une tisane pour l’anxiété, le partir : Passiflore officinale (Passiflora incarnata) ; une tisane pour la sa-tiété, le digérer : Badiane, Anis étoilé (Illicium verum), Anis vert (Pimpinella anisum), Fenouil commun (Foeniculum vulgare).

Lire la suite...

dimanche 27 août 2017

bug

(page 266 - tome 1)

En informatique, un bug (mot anglais voulant dire “insecte”) ou bogue (au Nouveau-Brunswick, au Québec et en France) est un défaut de conception d’un programme informatique à l’origine d’un dysfonctionnement.

Lire la suite...

chants d'oiseaux

(quelque part dans le tome 2)

Regardez les dinosaures, alors qu’au début de leur formation, ils représentaient des entités gigantesques, pour s’adapter, ils sont devenus des êtres petits, ce qu’on appelle maintenant les oiseaux ; dans l’archaïsme de leurs débuts, cette énormité bien fragile, au fil des évolutions cela créa un des plus admirables êtres qui existe : « voyez-le dans le ciel, traversant l’espace… c’est beau ! »

Lire la suite...